"On en  peut écouter (...) avec  quel sens dramatique il interprète le fameux « Lamento d’Arianna » de l’opéra perdu de Monteverdi, long récit profane, devenu, à l’église, celui de la Vierge. Sur le même disque, on goûte le raffinement galant des plaintes amoureuses dont on meurt toujours en restant bien vivant : il nous gratifie avec le même bonheur de la volubilité virtuose de sa voix, de son phrasé élégant et de son sens du texte, primordial dans cette musique théâtrale."
Benito Pelegrin (critique sur radio dialogue)